Publié le

24 heures de Spa : la Yamaha PitLane 6e de sa catégorie dans des conditions dantesques

Intro : Dire que les 24 heures moto de Spa ont été délicates est un euphémisme ! La Yamaha R1 du team PitLane 86 est passée entre les chutes, la pluie et les interruptions de course pour ramener une belle 6e place de sa catégorie.

Après une qualification à la 26e place, c’est Rodi Pak qui prend le départ, samedi 4 juin à 13 heures. Le début de course se passe bien. Il passe le guidon à Maxim Pellizotti et ensuite Joseph Foray. Les relais s’enchainent bien : notre nouveau matériel de ravitaillement nous fait gagner du temps dans les arrêts au stand mais quelques problèmes d’électriques viennent perturber tout cela. Rien de bien méchant mais quelques minutes se perdent. Les relais de 45 à 50 minutes se suivent…

Au fil de la course, les pilotes se plaignent de vibrations sur notre Yamaha R1. Après vérification de nos mécanos, il s’avère que les pneus, bien que collés sur les jantes arrivent à tourner aussi bien à l’avant qu’à arrière. Il faut croire que le toboggan des Ardennes mais à rude épreuve les machines ! Rien de grave, c’est une sensation désagréable pour les pilotes mais il va falloir faire avec.

Les relais s’enchainent, nous gagnons quelques places et marquons des points intermédiaires à 8 heures (21 heures) et 16 heures (5 heures du matin) de course. Pas de pluie dans la nuit alors que celle-ci était attendue ; le jour finit par se lever sur ce beau tracé. Nos pilotes évitent les pièges du matin malgré la fatigue.

La pluie, élément perturbateur de la course

C’est alors qu’arrive le dimanche matin, et la pluie finit par se joindre à la fête peu avant 8 heures du matin. Maxim Pellizotti et Joseph Foray font leur relais sous la pluie. Beaucoup de concurrents chutes, dont certaines des machines de tête, mais la 86 reste sur ces roues.

A la fin du relais de Joseph Foray, à 10h17, un concurrent perd de l’huile sur la piste. La course passe alors sous régime de safety-car mais très rapidement, après 21h17 de course, la direction sort le drapeau rouge tant les conditions sont dangereuses. Les motos rejoignent alors le parc fermé : à cet instant, nous sommes 6e Stocksport.

Après 2h30 d’attente, la course finit par reprendre pour moins de 15 minutes de course. Pour la R1 n°86, les positions sont figées et n’évolueront plus.

Une course compliquée mais un bon résultat sportif

Bien que notre Yamaha R1 franchisse le drapeau à damier du magnifique circuit de Spa-Francorchamps à une belle 6ème place de la catégorie Superstock, il est difficile de trouver de la satisfaction tant l’épreuve a été compliquée, marquée par de nombreuses péripéties et une fin de course discutable dans la gestion de l’évènement.

L’ensemble de l’équipe est à féliciter pour le travail incroyable qu’elle a fourni dans la phase de préparation de la course afin d’avoir du matériel prêt, mais aussi durant la semaine de course. Il ne faut pas oublier que tous sont bénévoles et prennent de leur temps (et de leur argent !) pour aider le team à atteindre ses objectifs.

Nos pilotes (Rodi Pak, Maxim Pellizotti et Joseph Foray) sont aussi à saluer. Ils travaillent toute l’année pour être au point, physiquement et mentalement, pour gérer une course de 24 heures aussi difficile. C’est aussi ce travail qui permet à la moto de franchir la ligne d’arrivée sans chute ni pépin mécanique.

Un dernier mot pour nos partenaires (Yamaha 86, Trucks85, Sonic equipement, JP3, Next tech et tant d’autres) sans qui le sport mécanique ne serait pas possible. Alors, merci à eux, et rendez-vous les 17 et 18 septembre prochain pour le Bol d’Or sur le mythique circuit Paul-Ricard du Castellet !

Le mot d’Emmanuel Bénéteau, team manager de la Yamaha PitLane 86 :

« Si la performance sportive est là, difficile de se réjouir. L’épreuve a été compliquée mais, heureusement, l’histoire finit bien. Je pense toutefois que le drame a été évité de justesse sur les trois derniers tours de l’épreuve. On demande aux teams d’investir des dizaines de milliers d’euro en justifiant que la sécurité est le maitre mot pour tous… Et ce genre de choses se produisent, pouvant remettre en cause des jours et semaines d’effort. Il ne faut pas oublier que la plupart des équipes sont bénévoles et qu’une course coûte cher : essence (900 litres du jeudi au dimanche, à 3,6€ le litre), pneus avant et arrière, plaquettes de frein… Sans oublier les bénévoles qui paient tous de 350 à 500€ pour venir sur le circuit. Il serait bon, à l’avenir, que les responsables de l’épreuve aient ces éléments en tête avant de relancer une épreuve dans de telles conditions climatiques. »

Publié le

24h Spa 2022 Journée 1

Le débrief d’Emmanuel Bénéteau, team manager, après la première journée de test :

« C’était une journée découverte pour nos pilotes, sauf Joseph Foray  qui connaît le circuit depuis les essais pré-Spa, pendant lesquels il avait pu rouler. »

« Ce mardi s’est bien passé. La journée a été très constructive, ce qui a permis aux pilotes de travailler et de découvrir le circuit exigeant. L’équipe a aussi pu perfectionner la moto et partir sur une bonne base de réglage. »

« Les chronos, pour une première journée, sont prometteurs. Malgré une petite chute sans gravité, le bilan est positif pour cette entame de semaine de course. Nous profitons d’un climat favorable pour le moment, mais la fin de semaine s’annonce plus agitée… A suivre ! »

« Demain, c’est une journée off pour les pilotes. En revanche, ce sera la journée des contrôles techniques et administratifs, pendant laquelle les motos et le matériel des pilotes vont être vérifiés par les commissions techniques. »

Publié le

24 heures de Spa : la confirmation sur un tracé inédit

Samedi 4 et dimanche 5 juin, Pitlane Endurance sera en Belgique pour courir les 24 heures de Spa-Francorchamps. L’objectif, sur ce circuit mythique, sera de confirmer les bons résultats des 24 heures du Mans.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 18-Webike-SRC-Kawasaki-France-800x533-1.jpg.
24-H-Spa-2022-Tests-Day-Webike SRC Kawasaki France Trickstar, De Puniet Randy, Masson Etienne, Marino Florian, Kawasaki ZX10R, Formula EWC Source Bikesontrack.com

Garder la bonne dynamique des 24 heures du Mans : c’est l’objectif de Pitlane Endurance pour cette deuxième épreuve du championnat FIM-EWC. Une course qui aura lieu en Belgique sur le mythique circuit de Spa-Francorchamps, où l’endurance fait son retour après une absence de près de 20 ans !

Sur ce circuit inédit pour l’immense majorité du paddock, les pilotes de la Yamaha R1 n°86 (engagée en catégorie Superstock) vont devoir affronter le toboggan des Ardennes belges. Pour ce nouveau challenge, Pitlane Endurance alignera un nouveau trio de pilotes.

Maxim Pellizotti reprend du service. Le Charentais de 25 ans prendra le départ de sa 6ème épreuve de 24 heures. Rapide et sûr, il compte bien accrocher un nouveau beau résultat à son palmarès.

A ses côtés, Rodi Pak reprendra du service également. Le jeune Turc, qui a rejoint Pitlane Endurance en début de saison, a montré sa pointe de vitesse aux 24 heures du Mans. Avec une meilleure connaissance de l’équipe vendéenne, il devrait arriver affûter en Belgique.

Enfin, Joseph Foray remplacera Adrian Parassol, le journaliste-essayeur étant retenu au Highside ride festival, l’émission TV dont il est l’un des animateurs. Son remplaçant connaît déjà bien la Yamaha n°86 puisqu’il a déjà été 4e pilote. C’est Alexandre Santo Domingues qui tiendra le rôle de 4e pilote.

Un circuit long, rapide et exigeant

Pour cette nouvelle épreuve, les pilotes de la 86 vont avoir à faire affaire avec l’exigeant circuit de Spa-Francorchamps. Adoré des pilotes de F1, qui le citent régulièrement parmi les plus belles pistes au monde, le tracé ardennais n’a plus accueilli d’endurance moto, faute de sécurité nécessaire.

Des aménagements ont amélioré la situation, de quoi permettre aux 24 heures de faire leur retour. Long (7 kilomètres), tortueux, rapide (les meilleurs devraient afficher des temps au tour de 2’20 min) et exigeant, les pilotes de l’équipe vendéenne vont notamment affronter le mythique raidillon de l’eau rouge.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 2200310_24h_affiche_officielle_a4-724x1024.jpg.

Sur cette piste rapide, les freins et les pneus devraient être soumis à de grosses exigences. Si le beau temps devrait être de la partie, Pitlane endurance va garder une méfiance de tous les instants. L’équipe est prête pour un nouveau défi !

Le mot d’Emmanuel Bénéteau, team manager

Publié le

l’After Sépang ! Après les 8h de SEPANG, l’ensemble du Team est bien rentré à la maison et est en pleine préparation des 24h du Mans.

Flashback.
Samedi départ de la course prévue à l’origine à 13h,
malheureusement dû au condition météo la direction
de course décale le départ à 14h30 qui se fera sous Safety
Car. Après 1h de course le drapeau rouge est agité
forçant les pilotes à rentrer au box. Elle sera finalement
relancée en fin de journée après un tour sous Safety Car.
L’endurance de 8h se transforme alors en course de vitesse de
3h30. La #86 passera la ligne d’arrivée en 36ème place au
général et 11ème au classement STT (superstock) sur 51 motos
engagées. Après une course très mouvementé en raison des
conditions météo exécrable, toute l’équipe est bien rentré à la
maison.

8 HOURS OF SEPANG 2019
Inside pitlane days 1 : 8h Sépang
Inside pitlane days 2 : 8h Sépang
Inside pitlane days 3 : 8h Sépang
Inside pitlane days 4 : 8H Sépang
J-1 avant course 8h Sépang avec la yamaha r1
📣Inside pitlane : Jour J #1 warm up
📣Inside pitlane : Jour J #2 8h of Sépang
Instant pitlane “8h of Sépang : résumé du Team manager”
Flashback to the race : 8h of Sépang
Publié le Laisser un commentaire

PITLANE EN MALAISIE

🚨🚨ENGAGEMENT PITLANE ENDURANCE#8️⃣6️⃣ – SEPANG MALAISIE 🚨🚨
https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/static.fimewc.com/wp-content/uploads/2019/11/Sepang19_ProvEntryList_4Nov.pdf

J-36 POUR LES 50 EQUIPES AU DÉPART DE
LA PREMIÈRE EDITION DES 8 HOURS OF SEPANG

Parmi les 50 équipes, 36 permanentes engagées sur la saison FIM EWC 2019-2020 dont 21 en Formula EWC et 15 en Superstock, seront en piste aux côtés de 12 teams asiatiques venus décrocher en Malaisie leur qualification pour les Suzuka 8 Hours 2020.

La vedette sera le team malaisien Yamaha Sepang Racing avec Franco Morbidelli, pilote MotoGP de l’équipe Petronas Yamaha SRT, Hafizh Syahrin, pilote star malaisien engagé en MotoGP chez Red Bull KTM Tech3, et Michael van der Mark, 4e du Championnat du Monde FIM Superbike et 4 fois vainqueur des Suzuka 8 Hours.

Plusieurs teams japonais seront particulièrement en vue. Honda Asia Dream Racing with Showa, animateur du Top10 aux Suzuka 8 Hours depuis quelques années, aligne son pilote vedette depuis 2016, le Malaisien Zaqhwan Zaidi, aux côtés de l’Indonésien Gerry Salim, engagé en Moto2 en Championnat d’Espagne, et du Thaïlandais Somkiat Chantra, engagé en Championnat du Monde Moto2.

On surveillera aussi les teams 100% japonais RS Itoh sur Kawasaki avec Akira Yanagawa, Kasuki Ito et Hitoyasu Izutsu, et Team Plus One (BMW) avec Taro Sekiguchi, ancien pilote de GP250 comme son coéquipier Daisaku Sakai, vu au guidon du Suzuki Endurance Racing Team en 2011, et Kousuke Nagoe.

Sepang rime avec revanche
Les 8 Hours of Sepang sonnent aussi l’heure de la revanche pour plusieurs équipes du Championnat du Monde FIM EWC. Trois des favoris qui ont abandonné au Bol d’Or, visent la victoire à Sepang. Le F.C.C. TSR Honda France, leader stoppé sur casse moteur puis le Webike SRC Kawasaki France et le YART Yamaha, piégés de la trace d’huile de la Honda, doivent refaire leur retard sur le Suzuki Endurance Racing Team, vainqueur du Bol d’Or, sur le Wójcik Racing Team, étonnant 2e de cette course d’ouverture et sur l’ambitieux et nouveau team officiel BMW Motorrad World Endurance Team, 3e au Bol d’Or.

En Superstock, la lutte s’annonce également serrée pour Moto Ain, vainqueur de la Coupe du Monde 2018-2019 et du Bol d’Or, face à l’équipe japonaise Tone RT (BMW), meilleur Superstock des Suzuka 8 Hours 2019 et 14e à l’arrivée.

Les premiers essais auront lieu mercredi 11 décembre sur le Circuit International de Sepang.

La première édition des 8 Hours of Sepang aura lieu le samedi 14 décembre prochain et sera l’un des piliers d’un double événement inédit dans le monde des sports mécaniques en Asie. Le Circuit International de Sepang et Eurosport Events associeront pour la première fois sur un même week-end deux grands rendez-vous internationaux deux et quatre roues en piste de jour comme de nuit : le FIM EWC avec les 8 Hours of Sepang et la Grande Finale 2019 FIA WTCR/OSCARO.

🔝www.pitlane-endurance.com🔝

JE CLIQUE JE PARTAGE JE SOUTIEN UNE EQUIPE VENDÉENNE AU CHAMPIONNAT DU MONDE !👍

Publié le

Pitlane Endurance #86 est heureux de vous annoncer son programme 2019-2020.

 
À nouveau Team Permanent pour le championnat du monde d’endurance 2020 qui se compose de :
– 24h du bol d’or en septembre 2019
 
– 8h de Sepang en Malaisie en décembre 2019
 
– 24h du Mans en avril 2020
 
– 8h d’oschersleben en juin 2020
 
– 8h de Suzuka au Japon.
 
Nous serons présents aux 4 premières qui sont obligatoires pour nous.
Le team continu ses efforts et travaille encore au développement technique de ses R1 en relation avec Yamaha afin de permettre à nos pilotes d’améliorer les performances.
 
Nos pilotes
Clémént Granzotto
 
Maxim Pellizotti
 
Nino de la Rosa
 
Pilote remplaçant en formation au sein du team Dylan Techer
 
Nos projets sont ambitieux et nécessites des investissements humains et financiers constants.
Donc si tu es dans la mécanique/électronique moto, passionné et motivé n’hésites pas à te rapprocher de nous.
 
Tout ceci est possible grâce a l’extraordinaire travail des bénévoles du Team et naturellement, rendu possible grâce au soutien financier de nos partenaires.
Merci à tous.
Manu
Pour devenir bénévole ou partenaire, contact :
0650193527
www.pitlane-endurance.com
Publié le Laisser un commentaire

24h du mans 2018

Amis lecteurs et fans de PIT LANE, Je vous écris ce jour de ma maison où je me sens bien seul…. Seul car l’aventure des 24h du Mans est maintenant terminée. La Team PITLANE a encore une fois rempli ses objectifs. La « moto 86 » a franchi la ligne d’arrivée hier à 15h sans aucun problème (29eme au général et 14ème en Super Stock). Le résultat est le même qu’en 2017 mais compte tenu du niveau de la course, c’est extrêmement positif pour la suite.

Durant 24h les mécaniciens n’ont jamais touché à leur outil, le R1 a été exemplaire de fiabilité. Preuve d’une préparation bien maîtrisée. Seulement 23 arrêts pour essence et changement de pneus, frein d’une durée de 27mn, le R1 a donc roulé 23h33 sans faillir.

Les pilotes ont enchaîné les relais (58mn<>64mn) sans se plaindre même si la fatigue se lisait sur leur visage.

Les membres du Team ont accueilli les sponsors et amis venus voir de plus près cette famille qui commence à se faire un nom dans le monde de l’endurance moto. Leurs sourires et leurs remerciements faisaient « chaud au cœur ». Leurs soutiens nous confortent dans l’envie de performer.

On vous dit tout simplement « merci » de nous suivre, soutenir et on espère que vous serez de plus en plus nombreux à supporter PITLANE ENDURANCE dans son évolution. A bientôt les amis……#86

Publié le Laisser un commentaire

Merci le Bol !

Ce premier Bol D’Or pour Pit-Lane n’a pas été de tout repos, mais nous l’avons terminé, et ça pour l’équipe c’est magnifique !

Partie en 32e position le R1 ne demandait qu’à en découdre grâce à nos pilotes chevronnés, tour à tour ils sont réguliers et dans les mêmes temps au tour.
Les ravitaillements s’enchainent, nous atteignons la 22e position avant la nuit, de bonne augure pour entrer dans le top 20 au scratch.

MAIS L’ENDURANCE ….

… à ça de beau, que tout peut arriver !! Soyez en certains, ce Bol ne nous a pas épargnés, plus de frein à l’avant, code défaut, chute, changement d’amortisseur ..etc…

Si bien qu’il nous a été difficile de garder la place que nous avions et d’entrer dans le top 20.

QUELLE EQUIPE

Nous avons pu nous apercevoir que quoiqu’il arrive l’équipe technique sait travailler ensemble et résoudre les problèmes rapidement. Peut importe ce qu’il se passe tout le monde garde le moral et le seul objectif est de fournir une bonne moto pour le pilote qui prend son relais après l’intervention des mécanos.

Et vous savez quoi ? J’ai même pu voir un cahier passer et un débriefing se faire tout au long de la course pour préparer … la prochaine course …. LE MANS !!
Et oui c’est ça Pit-Lane Endurance, on voit l’avenir même pendant la course !

Gardez à l’esprit que cette bande de bénévoles s’est dévouée toute la semaine pour cette course mythique, pour la moto, pour l’organisation, pour rigoler … (pour l’apéro ? héhé)
Cette deuxième course de 24H, la première dans le circuit EWC, est pour Pit-Lane une réussite humaine avant tout !

Merci à tous pour vos sourires, vos compétences, vôtre efficacité et votre passion.
Rendez-vous au Mans ( .. sur nos terres ?? 😉 )

Gazzz
Seb (SLR-Agency pour Pit-Lane Endurance)

PS : Manu tu vas pouvoir dormir maintenant !!!
#EnduranceIsLife

Photo : © DAVID-Infos Motopiste

Publié le Laisser un commentaire

À quoi ça sert ?

Vous voyez, au dessus de la cabine de panneautage, le feu tricolore ?
Évidemment vous vous demandez à quoi cela peut il servir ?

Comme son nom l’indique cette cabine sert à panneauter les pilotes pendant la course. Avec ce dispositif nous “panneautons” également le box.

Explications :

Lorsque tout va bien le feu est au vert, donc là rien de compliqué. Tout change au moment où il est temps au pilote de laisser la moto à son copain de guidon.
Nous indiquons au pilote, via le panneautage coté piste, qu’il rentre dans 3 tours, à ce moment là le feu passe au orange. C’est à cette instant que Manu réveille le box qui a 3 tours pour se préparer au ravitaillement et changement de pilote.

Entre temps le pilote lui sait à quelle heure il doit se préparer et attendre que Manu allume le gyrophare lui indiquant qu’il peut se présenter au box pour son relai.

Revenons au pilote toujours en piste. il continue ses tours, on lui indique 2 tours, puis 1 tour, puis BOX pour rentrer à son prochain passage (Si tu compte bien ça fait donc 4 tours – Bravo tu suis !)
Lorsque BOX est indiqué en piste, le feu lui passe au rouge, à ce moment les pneus, l’essence, le pilote et le reste du staff technique attendent la moto pour en prendre soin afin qu’elle emmène le nouveau relayeur au bout de son … relais !! (Si tu as trouvé relais tu as donc suivis ce que je dis, félicitations)

A noté que : Lorsque nous indiquons 3, 2 puis 1 tour au pilote, il a la possibilité de faire signe avec sa jambe pour dire qu’il rentre au prochain tour, la plupart du temps c’est pour une raison simple …. la jauge à essence s’est allumée et il n’a pas envie de passer la ligne droite du mistral à pousser la meule !! (malin le pilote ! oui oui !!!!)

Voilà, jeune lecteur, une petite info technique de ce qui se passe au panneautage (dont tu n’auras pas de photos car je me suis fait jeter par la sécu !!!! (Sic)

Gazzz